Accueil
En allant à l'école
Arrivée en classe
Le matériel
Le manuel scolaire
L'écriture
La dictée
Les leçons
La récréation
Les diplômes
Les récompenses
Les punitions
La photographie
L'histoire de l'école
Sites amis
Contact
De beaux livres sur le sujet
Téléchargement
Livre d'or
La récréation

 

Les moments heureux sont d’abord ceux des récréations. Liés aux saisons, à la présence d’une cour assez grande ou non, les jeux scolaires forment en quelque sorte un monde clos ayant ses rites et traditions, et même ses dénominations locales – un monde clos qui, parfois quand même, se prolongeait jusque dans les trajets du retour à la maison.

 Les billes sont, par excellence, le jeu des garçons à l’école primaire, et jadis, ces billes étaient le plus souvent en terre cuite pour les moins fortunés, la belle « Agathe » en verre transparent dans lequel on voyait de curieuses formes colorées étant l’apanage des plus riches. Les règles du jeu de bille n’ont guère varié, les deux jeux les plus courants étant, l’un d’amener sa bille dans un trou en tirant le monis de coups possibles tout en chassant la bille de l’adversaire, l’autre étant de placer des billes dans un triangle et d’en chasser le plus grand nombre possible en les tirant avec sa propre bille.

La toupie : un jeu d’adresse qui consistait à chasser ta toupie de son adversaire du territoire de jeu a, par contre disparue des cours de récréation.

La corde à sauter était surtout le jeu favori des filles. Toujours pratiqué de nos jours, mais les poignées étaient faites de buis et la corde de chanvre.

Le jeu des osselets encore en vogue de nos jours, était autrefois beaucoup plus répandu dans les zones rurales que dans les villes pour la bonne raison que ces osselets provenaient du pied du mouton.

Parmi les jeux les plus utilisés, pendant  la récréation, a été sans doute le jeux de la marelle, ou tout simplement avec un morceau de plâtre récupère ça et là souvent sur un chantier de construction, on traçait au sol les cases qu'il fallait parcourir à cloche-pied en poussant un galet et passer ainsi de la terre au ciel.

 

 

 

© 2011 Scipion Griffault