Accueil
En allant à l'école
Arrivée en classe
Le matériel
Le manuel scolaire
L'écriture
La dictée
Les leçons
La récréation
Les diplômes
Les récompenses
Les punitions
La photographie
L'histoire de l'école
Sites amis
Contact
De beaux livres sur le sujet
Téléchargement
Livre d'or
L'arrivée en classe

 

Qu’il est doux de se retourner vers le passé et de songer avec nostalgie à nos rentrées scolaires, à nos premiers instituteurs, au tableau noir sur lequel nous avoins appris à tracer, d’un doigt hésitant, les lettres de notre prénom, à l’estrade, prés du bureau du maître ou de la maîtresse où nous avoins récité d’une voix tremblante nos premiers poèmes. Nos cartables en cuir, souvent usés par nos grands frères et sœur, étaient déjà trop lourds et regorgeaient, à coté du livre de lecture et du cahier du soir, de la trousse, du plumier ou de la règle en bois, de trésors qu’on dévoileraient  aux copains à l’heure de la récréation.


Représentaion d'une salle de classe

Les jeunes écoliers qui devaient parfois effectuer plusieurs kilomètres à pied, durant l’hiver, avant de s’installer derrière leur pupitre en bois. Ce dernier encore en fonction de nos jours dans certaines écoles rurales, était souvent entretenu (à la bougie)mais aussi délabré par les élèves.

Plusieurs modèles firent leur apparition au cours des années, les plus anciens sont sans conteste les bancs à cinq places qui étaient pour le moins qu’on puisse dire d’un confort peu fonctionnel par rapport à ce que l’on connaîtra plus tard.


Extrait d'un catalogue de mobilier scolaire

La blouse du maître ou de la maîtresse faisait partie intégrante du décor de la salle de classe

Le cartable souvent transmis par le grand frère ou la grande sœur était en cuir robuste car il devait résister pendant toute la scolarité, non, seulement il renfermait les accessoires nécessaires pour l'école mais bien souvent  dissimulait aussi de véritables "trésors de guerre": balles élastiques, sac de billes, marrons d’Inde, lance-pierres.

 


Cliquez sur le cartable pour en voir son contenu 

© 2015 Scipion Griffault